Boire de l’eau durant l’effort « coupe » les jambes : faux

Publié le par pour-le-plaisir-du-gout.over-blog.com

EauContrairement à un dicton rendu populaire dans les années 60 durant le tour de France cycliste, c’est bien entendu faux, car pour tous les sportifs (même ceux ou celles dits du « dimanche »), la déshydratation est synonyme de contre-performance. Les pertes en eau par la sueur et par l’évaporation pulmonaire doivent être impérativement compensées car la perte de seulement 2 % du stock hydrique entraîne déjà une diminution de 20 % de l’efficacité neuromusculaire ! Cet adage, longtemps prononcé à tort et à travers par des entraîneurs à leurs athlètes, possède pourtant une once de vérité : les cyclistes de cette époque, pour des raisons pratiques, attendaient souvent le dernier moment pour boire, ce qui entraînait une consommation incontrôlée et trop brutale d’eau. Les capacités gastriques trop rapidement débordées, des troubles d’estomac apparaissaient avec une baisse de la cadence, voire même des malaises. Par contre, boire des petites quantités d’eau régulièrement durant l’effort, et non des grandes et d’une seule traite, est impératif, et ce avant même l’apparition de la sensation de soif afin d’éviter toute dégradation cellulaire.

Publié dans Les vrai-faux santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article